L’avantage premier c’est qu’une page n’est accessible que depuis une seule et même adresse. Du coup les moteurs de recherche n’indexent qu’une seule page et non deux (quand on arrive à quelques centaines voir milliers de page ça peut être pratique). Et puis il semblerait que ce soit mieux pour le cache de vos navigateurs.

www ou non pour votre site ?

Même si les termes « nom de domaine » et « nom d’hôte » sont souvent utilisés de manière interchangeable, il y a une différence, et il ne s’agit pas seulement de sémantique. Je vais simplifier un peu cette description :

Il serait judicieux de donner un nom au domaine, et le DNS est prévu à cet effet, de sorte que vous devriez enregistrer un nom de domaine, par exemple « exemple.com ». Maintenant, sous ce domaine, vous auriez vos hôtes. Chaque machine connectée au réseau était considérée comme un hôte. La machine à servir les documents du World Wide Web obtiendrait naturellement le nom d’hôte « www » sous votre domaine, et donc le nom de domaine entièrement qualifié « www.monsite.fr ». Vous feriez la même chose pour tous les autres hôtes de votre réseau, que vous ayez un serveur web ou non. C’est ainsi que vous avez organisé les hôtes de votre réseau.

Pour aller sur le serveur web dans le domaine « monsite.fr », vous devez alors vous rendre sur l’hôte avec le nom « www.monsite.fr ». Au fait, au fait : À l’époque où les dinosaures parcouraient les réseaux Internet, les hôtes virtuels n’existaient pas. Tous les serveurs web ont servi un seul site web (au moins par adresse IP). Peu importait le nom d’hôte que vous utilisiez, à condition qu’il pointe vers la bonne adresse IP.

Le « nom de domaine nu », c’est-à-dire votre nom de domaine sans « www » – comme « monsite.fr » – est en termes DNS appelé « l’origine ». Comme le World Wide Web est devenu populaire au milieu des années 1990, certains administrateurs ont commencé à pointer l’origine vers la même adresse IP que l’hôte www. Cela permettrait aux visiteurs du site de ne taper que « exemple.com » dans leur navigateur web, au lieu du nom d’hôte complet « www.monsite.fr ».

Comment rediriger vers WWW ?

Vous pouvez faire une redirection 301 dans le fichier .htaccess. Voici la syntaxe :

htaccess-redirect-www

Source : https://www.aleydasolis.com/htaccess-redirects-generator/nonwww-to-www/

Choisir une option pour éviter le duplicate content

Depuis l’origine, « monsite.fr », et le nom d’hôte, « www.monsite.fr » peuvent pointer vers différentes adresses IP – et depuis janvier 1997 vers différents sites web sur la même adresse IP – les gens connaissant le référencement ont commencé à nous dire que nous devions choisir un nom d’hôte canonique et que l’autre devait pointer là (avec un code réponse HTTP 301).

Aussi, il était logique d’en choisir un. Mais lequel ? Pour le SEO, cela ne fait pas de différence !

Compréhension d’une URL par les humains

Au début du web il était important d’avoir les www sinon les gens ne comprennent pas qu’il s’agissait d’une adresse Internet. Historiquement certains préférent utiliser le nom d’hôte complet « correct », c’est-à-dire « www.monsite.fr ».

Ce problème appartient au passé, actuellement, les gens comprennent que c’est une adresse web que vous ayez le www ou non, si vous avez un domaine de premier niveau communément connu. Puisqu’une version redirige de toute façon vers l’autre, peu importe si votre nom d’hôte canonique est « www.monsite.fr » et que vous utilisez seulement « monsite.fr » dans vos documents imprimés.

Si vous avez l’un des nouvelles extensions de premier niveau, comme.ovh, vous voudrez peut-être inclure le www.

Non-www est plus joli et plus facile

« monsite.fr » est plus court à taper, plus facile à lire et prend simplement moins de place. Il est tout à fait compréhensible que les gens aient commencé à abandonner la partie « www » et qu’ils aient simplement choisi l’origine comme nom d’hôte canonique.

Alors pourquoi le dilemme www ou pas ?

Tout n’a pas été pensé à fond lorsque nous avons commencé à les utiliser, comme les cookies par exemple.

Les cookies sont transmis aux sous-domaines

Les cookies définis à partir d’un nom d’hôte, seront également envoyés à tous les sous-domaines. C’est-à-dire que si le site Internet « monsite.fr » met en place un cookie, le navigateur envoie également ce cookie lors de la visite de « www.monsite.fr ». C’est une bonne chose, puisque c’est le même site de toute façon, non ? Mais le cookie sera également envoyé à « blog.monsite.fr », à « email.monsite.fr », etc.

Un cookie de « www.monsite.fr » ne sera *pas* envoyé à des hôtes « frères et sœurs » comme ci-dessus. Votre navigateur comprend qu’il ne s’agit pas de  » sous-services  » mais de services complètement différents et qu’il ne devrait pas avoir accès à vos cookies.

Les cookies inutiles nuisent à la performance

La façon dont HTTP et les cookies fonctionnent, c’est qu’ils sont envoyés depuis le navigateur pour chaque requête au serveur web. Cela signifie que si votre site Web place un cookie pour l’origine (« monsite.fr »), ce cookie devra également être envoyé à chaque demande que vous faites, par exemple « email.monsite.fr » ou « blog.monsite.fr ». Cela ralentit la communication et vous laisse avec une mauvaise expérience utilisateur.

Les cookies peuvent être lus par des tiers

Ainsi, si votre site web est situé à la racine (« monsite.fr ») et a une connexion avec CMS, le CMS émettra un cookie à votre navigateur pour vous garder connecté pour au moins la session. Ensuite, lorsque vous visitez « xxxx.monsite.fr », l’administrateur de ce service peut lire ce cookie, le copier et l’utiliser pour vous connecter au CMS d’entreprise « monsite.fr ». La même chose s’applique à votre fournisseur de services de messagerie lorsque vous visitez « email.monsite.fr », votre fournisseur CDN lorsque vous visitez « monsite.fr » qui charge des actifs à partir de « yyyyy.monsite.fr », etc.

Si vous êtes préoccupé par la sécurité de tout ce que vous avez sur « monsite.fr », assurez-vous de mettre un « www » devant. Si cela ne vous aide pas à choisir si vous devez utiliser www ou non, je ne suis pas sûr de ce qui le fera.

L’origine DNS ne peut pas être un CNAME

Il y a une limitation dans le DNS qui dit que l’origine, doit être un enregistrement de type A, ce qui signifie qu’il doit pointer vers une adresse IP fixe.

Lorsque votre site prend de l’ampleur et que vous le déplacez vers un service hébergé, ou que vous souhaitez le diriger vers un pare-feu d’application Web ou un atténuateur DDoS, vous pouvez utiliser un enregistrement de type CNAME pour diriger le nom d’hôte vers un autre nom d’hôte flexible que le fournisseur gère selon votre trafic et vos besoins.

Maintenant, si votre site est hébergé à l’origine (« monsite.fr »), vous ne pouvez pas le faire. Mais il n’y a pas de problème avec le fait que le nom d’hôte « www » soit un enregistrement CNAME. Donc, si vous voulez de la flexibilité de mise à l’échelle, maintenant ou à l’avenir, vous devriez aller avec le nom d’hôte www dès le début.

Conclusion : optez pour le www

Il est important que vous utilisiez www ou non. Je suis d’accord que le nom de domaine d’origine semble plus joli, mais c’est juste une question pratique dans la barre d’adresse du navigateur lui-même. Vous pouvez utiliser « www.monsite.fr » comme nom d’hôte canonique, mais partout ailleurs, vous pouvez simplement utiliser le domaine nu. Il redirigera les utilisateurs vers le bon endroit de toute façon.

Mais il y a des choses importantes qui disent que vous devriez utiliser le nom d’hôte complet avec le www : En termes de performance, de sécurité et de flexibilité.